Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Sa mort

w.jpg

Marilyn a été inhumée le 8 aout 62 au Westwood Mémorial Cemetary à Los Angeles. La cérémonie commença à 13h00 à la Westwood Village Mortuary Chapel, située dans le Westwood Memorial. Joe DiMaggio avait donné l'ordre formel qu'aucun des amis hollywoodiens de Marilyn ne soit présent, car il les rendaient responsables de sa mort, sinon moralement, du moins, concrètement. Quant aux journalistes et photographes, ils furent fermement tenus à l'écart.

Le service religieux eut lieu dans la plus stricte intimité et fut célébré par le révérend A.J.Soldan un pasteur luthérien de l'église de Westwood Village. 

La cérémonie commença sur les accents de la Sixième symphonie de Tchaïkovski, et, à la demande de Marilyn, Mrs Hockett interpréta "Over the Rainbow".

Pendant le service, le corps de Marilyn reposait dans un cerceuil en bronze ouvert, doublé de satin couleur champagne, dans ses mains, elle tenait un bouquet de roses thé, cadeau de Joe qui l'avait veillé la nuit précédente.

Allocution prononcée par Lee Strasberg, directeur artistique de l'Actors Studio:

"Marilyn Monroe était un mythe.

Elle fut la vivante incarnation de ce dont est capable une femme pauvre issue d'un milieu déshérité et, pour tous, le symbole de l'éternel féminin.

Mais les mots me manquent pour décrire le mythe et la légende; cette Marilyn Monroe, je ne l'ai pas connue.

Pour nous, qui sommes aujourd'hui rassemblés, Marilyn était un être vibrant, hardi et timide à la fois, sensible, craignant toujours d'être rejeté, mais également avide de vivre, sans cesse préoccupé de s'accomplir. Je m'en voudrais de heurter ce que le souvenir que vous conservez d'elle peut avoir d'intime et de personnel --elle même recherchait et appréciait cette intimité-- en m'efforçant de raconter à vous qui la connaissiez celle que vous avez connue. Non seulement comme une ombre sur un écran mais aussi comme une brillante individualité, elle se survit dans nos mémoires.

Pour nous Marilyn était une amie dévouée et fidèle, une collègue qui s'efforçait toujours de mieux faire; nous partagions ses angoisses, ses difficultés et certaines de ses joies. Elle faisait partie de notre famille. Que cet effroyable accident ait mis un terme à son appétit de vivre est à peine croyable.

Les succès et le triomphe qu'elle avait remportés sur l'écran ne l'empêchaient pas de caresser des projets d'avenir; elle envisageait de participer aux milles choses passionnantes dont elle rêvait. Car, pour elle comme pour moi, sa carrière ne faisait que débuter et le rêve du talent qu'enfant elle nourrissait n'avait rien d'illusoire. La première fois qu'elle vint me voir, son étonnante sensibilité, demeurée vibrante et intacte, qui cherchait à s'extérioriser en dépit des conditions de vie auxquelles elle avait été astreinte me stupéfia. D'autres femmes étaient aussi belles mais il y avait apparemment chez elle un élément de plus, que le public décelait et percevait dans ses interprétations. Quelque chose dans laquelle il se reconnaissait. Elle possédait le don étonnant --à base de désir silencieux, de rayonnement et d'ambition-- de garder ses distances et, en même temps, de faire en sorte que chacun veuille partager ce sentiment, cette candeur enfantine, mélange de timidité et de ferveur.

Ce don était plus évident encore lorsque Marilyn était sur scène. Du fond du cœur je regrette que le public qui l'aimait n'ait pu la voir, comme nous l'avons vue, interpréter des rôles qui laissaient pressentir ce qu'elle serait devenue. Elle aurait été, j'en suis persuadé, une grande actrice.

Désormais c'en est fait. J'espère que sa disparition contribuera à faire mieux aimer et comprendre une artiste sensible et une femme qui fut pour tous une source de joie et de plaisir esthétiques.

Je ne lui dirai pas adieu, Marilyn détestait les adieux, mais, comme elle qui savait retourner les choses pour qu'elles concordent avec la réalité, je lui dirai au revoir. Car, nous aussi, nous rejoindrons, un jour, le pays pour lequel elle nous a quittés.

Lee Strasberg"

Une fois la cérémonie terminée, le cercueil fut emmené jusqu'au véhicule qui le transporta jusqu'à la crypte. Pendant les 20 années suivantes et sur commande, Jo DiMaggio fit livré sur la tombe de Marilyn, des roses rouges, deux fois par semaine.

Certificat de décés

certif.JPG

Les causes et raisons exactes de son déces sont encores inconnues. Le medecin-légiste parle dans son rapport d'un suicide aux médicaments. Selon plusieurs romanciers, sa mort serait un assassinat en vue de ses relations avec John et Robert Kennedy. En raison d'un manque de preuves, les enquêteurs n'ont ni classé le dossier, ni dit s'il s'agissait d'un suicide ou d'un homicide.

J

ch.jpg

Selon certains, Robert kennedy participa à reduire Marilyn au silence. Pourquoi? Marilyn savait t-elle des choses qui l'a mettais en danger ?

Selon d'autres, c'est une erreur medical,le lavage d'estomac fait avec des produits etant incompatibles avec ceux qu'elle avait prit. Cela aurait été fatal. Le mystère demeure...

G

H

I

K

A

B

C

D

E

F